L'A-Propos

Israël/ Palestine : Vers une troisième intifada

   
« L’intifada » est un terme arabe désignant une révolte contre un régime oppresseur ou un ennemi étranger.Dans le conflit israélo-palestinien, elle fait référence à deux grandes révoltes des Palestiniens. L’intifada est donc un fait majeur au sein du conflit israélo-palestinien.
La première, appelée Guerre des pierres débute le 9 décembre 1987 en réaction aux expropriations de terres et à la répression ; les palestiniens se soulèvent. L'Intifada est alors menée par des enfants et des adolescents qui lancent des pluies de pierres sur les forces israéliennes. Elle prend fin en 1993 avec les accords d’Oslo, censés fixer les premiers jalons d’une résolution au conflit israélo-palestinien . Cependant l’espoir tourne court. La deuxième Intifada palestinienne commence le 29 décembre 2000 lors de la visite du chef du Likoud Ariel Sharon sur l'esplanade des Mosquées.Ce second soulèvement se caractérise par l'utilisation d'armes à feu contre l'armée israélienne et par les attentats-suicide du Hamas contre des civils israéliens. La réplique d'Israël sera massive. Le bilan sera plus lourd que celui de la première Intifada.. Elle prendra fin 5 ans plus tard.

Dans le cadre du déferlement de violence le plus meurtrier depuis 2012, les médias s’interrogent : se dirigerait-on vers une troisième intifada ? Leila Shahid, ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union Européenne en est persuadée. Interrogée sur France Inter le 10 juillet elle affirme : « Tant que durera l'occupation, il y aura une quatrième, cinquième, sixième, dixième, centième Intifada. Le peuple palestinien comme tous les peuples soumis à la colonisation ont la force, le courage et la dignité de résister, comme vous avez résisté à l'occupation allemande en Europe. Et nous continuerons à résister tant que nous n'aurons pas nos droits »

Cependant la situation sociale des Palestiniens est loin d’être aussi catastrophique qu’en 1987 et 2000. Une classe moyenne s’est développée, on a vu apparaître des activités économiques et industrielles qui n’existaient pas auparavant, et il y a eu une véritable augmentation du niveau de vie des Palestiniens. Toutefois on assiste à une désespérance politique puisque à nouveau, le processus de paix tant attendu par les palestiniens s’est brutalement arrêté.

La Guerre des couteaux

L’engrenage de violences entre Israéliens et Palestiniens ne semble plus avoir de fin. Chaque jour apportant son lot d’horreur, comme le montre la succession d’attaques à l’arme blanche. Le bilan est lourd, ces attaques permanentes ont entrainé au total quarante-cinq morts palestiniens et huit morts israéliens depuis le 1er octobre.

Les attaques à l’arme blanche ont entrainé une psychose chez les Israéliens. Désormais un climat de nervosité pèse sur l’Israel qui, face à la montée des violences a pris une série de mesures pour enrayer la vague d’agressions au couteau, centrée à Jerusalem. Ainsi, le cabinet de sécurité a autorisé la police à boucler les quartiers arabes de Jérusalem-Est puisque selon les statistiques israéliennes, c’est de ces quartiers que sont originaires un grand nombre des assaillants. Toutefois les dispositifs n’ont pas empêché deux nouvelles attaques au couteau à Jérusalem. 


Manèle El Zoghlami

28/11/2015